PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE
Modifications des paléoenvironnements et occupations amérindiennes de l'île de Saint-Martin (Petites Antilles)

La mission de terrain 2003

Cette mission avait comme objectif de compléter les données déjà acquises sur la lagune de Grand’Case et de commencer l’étude de l’étang de Chevrise. Parallèlement, une campagne d’échantillonnage de la végétation et des ostracodes actuels, a été entreprise afin d’établir des référentiels qui manquent actuellement dans les Petites Antilles. Ces investigations ont été réalisées dans la partie Nord Nord-Est de l’île.


La lagune de Grand’Case.

Afin de compléter les données stratigraphiques sur le remplissage de l’étang de Grand’Case, de nouveaux forages ont été effectués par P. Bertran, C. Stouvenot, D. Galop et D. Bonnissent. Une carotte a été prélevée au carottier russe (SMGC5) dans la partie orientale de la lagune. Un sondage à la tarière, réalisé sur le site SMGC4 (locus 2), a permis d’atteindre des niveaux plus profonds à 3.80 m et de documenter la période précédant la mise en place de la lagune (cf. étude P. Bertran).

La lagune de Chevrise.

Une campagne préliminaire de sondages au pénétromètre dynamique a été réalisée en août 2003 par C. Stouvenot et T. Romon. L’objectif était de définir la géométrie des dépôts et la qualité des sédiments afin de choisir l’emplacement du sondage au carottier russe (cf. étude C. Stouvenot). La difficulté de progression au milieu de cette lagune, (vase très molle) a nécessité la mise au point d’un système de planches pour se déplacer sur l’étang. La seconde mission a été réalisée en septembre par C. Stouvenot, P. Bertran, D. Galop, D. Imbert et D. Bonnissent. Elle a permis l’extraction au carottier russe d’une carotte de 2.98 m, la base de la séquence a été complétée à la tarière jusqu’à 3.45 m. La difficulté d’intervention sur cet étang n’a permis qu’un seul prélèvement. La carotte SMCH1 destinée aux analyses, a été radiographiée afin de repérer les inclusions et dans le but de fixer une image des niveaux avant transport (sédiments thixotropiques).

Échantillonnage de la flore.

Afin de constituer une collection pollinique de référence, exploitable pour l’analyse des microfossiles végétaux, des prélèvements sur la végétation actuelle ont été effectués par D. Imbert et D. Galop. La caractérisation de ces types de végétation a été faite sur la base d’inventaires floristiques effectués de façon aussi exhaustive que possible le long de courts parcours, localisés précisément sur la carte IGN 1/25 000ème : nord Pic Paradis (400m), sud Pic Paradis (350m), amont Ravine Caréta (250m), col de l’Anse Marcel (100m), Etang de la Barrière (littoral), Baie de l’embouchure (littoral). Quelques relevés ponctuels ont complété ces investigations. Toutes les espèces en fleurs ont été échantillonnées de manière à constituer une collection de référence de pollens.

D'autre part cet échantillonage a permi d’identifier les principaux types de végétation de l’île et de caractériser leur écologie. Une première approche des modifications du couvert végétal dues à l’occupation humaine peut être proposée à partir de ces données (cf. étude D. Imbert).

Échantillonnage des ostracodes.

Également dans le but de mettre en place un référentiel basé sur la population actuelle d’ostracodes, afin de les comparer avec les ostracodes fossiles issus des carottes (cf. étude P. Carbonel), des prélèvements ont été effectués dans divers milieux marins et lagunaires. Ces prélèvements ont été effectués suivant le protocole établi par P. Carbonel, tamisage, coloration des échantillons, mesure de la salinité. Ils ont été réalisés par P. Bertran, C. Stouvenot, D. Galop, D. Bonnissent et N. Maslach sur les secteurs de la Saline d’Orient, de l’Etang aux Poissons, de la Baie de l’Embouchure et du Galion. Ils sont en cours d’étude.